Congrès de la SFMPP

MÉDECINE GÉNOMIQUE & ONCOGÉNOMIQUE
"LE FUTUR DE LA MÉDECIN DE PRÉCISION"

Contact organisation:

Mathilde Mangin ( mathilde.mangin@im-events.com)

MÉDECINE GÉNOMIQUE & ONCOGÉNOMIQUE
"LE FUTUR DE LA MÉDECIN DE PRÉCISION"

Contact organisation:

Mathilde Mangin ( mathilde.mangin@im-events.com)

MÉDECINE GÉNOMIQUE & ONCOGÉNOMIQUE
"LE FUTUR DE LA MÉDECIN DE PRÉCISION"

Contact organisation:

Mathilde Mangin ( mathilde.mangin@im-events.com)

Une expertise santé multidisciplinaire

pour la médecine de demain

Une médecine
prédictive

pour adapter le dépistage,
la prévention et les traitements

Une approche transversale

pour concevoir des soins sur mesure

previous arrow
next arrow
Slider

La Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP) évalue le bénéfice médical et les bonnes pratiques de tests génétiques prédictifs pour améliorer le dépistage, la prévention et les traitements. Elle apporte un avis d’expertise auprès des professionnels de santé et du grand public à travers une approche transversale et pluridisciplinaire.

congrès

Quand la réalité dépasse la fiction

La révolution médicale que nous attendions est bien là. Ces derniers mois, nous venons d’assister à la publication des courbes les plus fascinantes de l’oncologie des 20 dernières années dans deux études majeures. Elles sont toutes deux liées aux avancées de la médecine génomique ou « de précision ». Dans un cas, c’est l’ampleur de la différence de courbes de traitements qui est incroyable. Une thérapie ciblée par un inhibiteur de PARP évite la récidive d’une femme sur deux porteuses d’une mutation BRCA1/2 dans le cancer de l’ovaire (1). Dans l’autre cas, c’est l’absence de différence entre deux courbes qui est remarquable (2) : les courbes de survie utilisant ou non la chimiothérapie de façon randomisée en fonction du score d’une signature génomique se superposent. On peut donc aujourd’hui prédire par l’utilisation de la génomique que la chimiothérapie n’apportera rien dans un grand nombre de cas de cancer du sein précoce.

Agenda

27-28 Juin 2019 - 5e Congrès de la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée
06 Décembre 2018 - 7e séminaire international FHU – TRANSLAD
29-30 juin 2018 - 4e Congrès de la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée
14 novembre 2017- Conférence -Débat "Cercle de Réflexion sur la place du patient dans la médecine de demain
05 Octobre 2017 - 2ème Symposium BRCA France
22-23 juin 2017 - 3e Congrès de la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée

expertises

Médecine prédictive

La médecine prédictive consiste à utiliser des marqueurs, le plus souvent biologiques, pour prévenir, dépister ou traiter les maladies

Thérapies ciblées

ThérapiOn appelle thérapies ciblées les médicaments qui bloquent des mécanismes spécifiques des cellules cancéreuses.es ciblées

Génétique

Les progrès de la génétique seront probablement à l’origine des plus grands progrès de la médecine de demain, en termes de dépistage et de prévention mais aussi dans le domaine des innovations thérapeutiques.

Oncologie

L’utilisation de la génétique et de la génomique en oncologie est devenue quotidienne. Tout cancer du sein, du poumon, du colon, de l’ovaire fait aujourd’hui l’objet d’une analyse génétique dite somatique, à la recherche d’une thérapie ciblée efficace.

 Prénatal

Le diagnostic prénatal est l’ensemble des pratiques médicales ayant pour but de détecter chez l’embryon ou le fœtus une affection grave, afin de donner aux futurs parents le choix d’interrompre ou non la grossesse ou de permettre une meilleure prise en charge médicale de la pathologie.

Maladies rares

Plus de 80 % des maladies rares sont d’origine génétique.

Une des particularités des maladies rares et la difficulté d’avoir un diagnostic étiologique précis.

Maladies complexes

Les maladies communes sont définies par une incidence élevée de la maladie dans la population générale en opposition aux maladies rares (incidence de la maladie rare < 1/2000 personnes dans la population générale). Les maladies communes sont également appelées maladies complexes..

Éthique

Est-il éthiquement acceptable de proposer un DPI pour un cancer d’origine génétique ? Doit-on permettre toute intervention visant à réduire le risque de maladies graves et incurables grâce à l’introduction d’un allèle protecteur ?

actualités

Signatures génomiques dans le cancer du sein

La HAS donne un avis défavorable à un remboursement par l’Assurance Maladie des signatures génomiques dans le cancer du sein.

Le remboursement par la CPAM du Dépistage Prénatal Non Invasif pour la Trisomie 21

Le remboursement par la CPAM du Dépistage Prénatal Non Invasif pour la Trisomie 21.

Recommandations de la SFMPP sur les données secondaires

La SFMPP a émis des recommandations qui ont été publiées le 08 Août 2018 dans le journal European of Human Genetics.

ÉDITORIAL

HUMEUR : La médecine Génomique est une Médecine comme les autres

Non, la médecine prédictive n’a pas pour objectif le séquençage complet des données génétiques de l’individu pour de l’interventionnisme à tout va. Non, la médecine personnalisée basée sur la génomique ne guérit pas, et n’a pas pour vocation de guérir la totalité des cancers.

La Médecine Génomique n’est pas un courant moderne dans lequel on doit se positionner pour ou contre. La haute technologie, dont fait partie la génétique, ne devrait pas diviser la société et la communauté scientifique entre alarmistes-militants, sceptiques-opposants d’un côté et techno–optimistes de l’autre (Le monde 30 décembre 2017).
La médecine génomique est de la médecine, tout simplement.

La Médecine Française fait face à une demande croissante de tests génétiques pour la prévention et le traitement des cancers (38 606 analyses effectuées en 2016 *chiffre INCa). En Oncologie, l’objectif est de personnaliser le traitement par un diagnostic plus précis de la tumeur basé sur les caractéristiques génétiques qui sont sa véritable carte d’identité. Le but est de donner des traitements plus adaptés, en limitant l’utilisation des traitements conventionnels dans certains cas (chimiothérapie) ou en donnant des traitements spécifiques, plus actifs et souvent mieux tolérés (thérapies ciblées). L’apport dans certains cancers est extraordinaire : inversant des courbes de mortalité de 80% pour des courbes de survie de plus de 90 % dans certaines leucémies (leucémie myéloide chronique) ; permettant des rémissions durables, inespérées il y a peu, dans des formes avancées des cancers les plus graves (mélanome, cancer du poumon ou de l’ovaire).
Dans le domaine prédictif, il s’agit de permettre d’informer de futurs parents sur les risques encourus d’avoir un enfant atteint d’une maladie grave et incurable ou encore d’agir lorsque le risque est particulièrement fort et « actionnable ».

Qui peut nier que la mucoviscidose ou l’amyotrophie spinale (maladie emblématique du téléthon) sont des maladies graves ? Quelles femmes atteintes de cancer du sein accepteraient facilement de savoir qu’un risque de 80% était repérable chez elle et qu’il était possible de déployer les stratégies de dépistage ou de prévention qui leur auraient permis d’éviter la chimiothérapie ou une évolution vers une maladie métastatique?

Il n’est pas raisonnable de brandir le spectre de l’eugénisme, du transhumanisme, des discriminations assurantielles, à chaque fois que l’on parle de médecine génomique. On ne se positionne pas pour ou contre la biologie, l’informatique ou la chirurgie. Il y a des lois et une éthique que l’on se doit d’appliquer pour tout progrès humain, avec une vigilance particulière ici bien évidemment. La révision de la loi de bioéthique et l’excellente initiative de consultation citoyenne lancée par une mission parlementaire actuelle (car c’est bien le citoyen qui est concerné) devrait permettre de clarifier les problématiques et de statuer sur certaines questions très actuelles. Parmi ces questions citons : le dépistage préconceptionnel, les découvertes de données secondaires, les indications d’analyse prédictive. Ces questions feront l’objet de débats lors du prochain congrès de la SFMPP à Paris les 29 et 30 Juin 2018.

Le risque de débats ou d’oppositions stériles de principe, d’atermoiements, serait une prise de retard dans la mise en place d’applications en médecine qui ne posent questions ni en termes de bénéfice médical ni en termes d’éthique. On peut déjà se questionner sur des notions de perte de chance si un retard était pris pour un accès pérenne au dépistage prénatal des maladies génétiques graves ou de l’utilisation des signatures génomiques pour éviter des chimiothérapies dans le cancer du sein (la Haute Autorité de Santé devrait bientôt rendre un avis sur ce sujet). C’est également, le risque que notre pays, pourtant en avance jusque-là dans l’innovation biomédicale prenne un retard considérable (voire irrattrapable ?) dans le développement de cette médecine et des utilisations humaines et industrielles qui vont de pairs.

Professeur Pascal Pujol
Président de la SFMPP

Contactez-nous

SFMPP

Département de génétique médicale,
maladies rares et médecine personnalisée
Oncogénétique

Coordonnées

Téléphone

04 67 33 07 20

Email

contact@sfmpp.org

adresse

CHU de Montpellier
Hôpital Arnaud de Villeneuve
371 Avenue du Doyen Gaston Giraud
34295 MONTPELLIER Cedex 5

mi, vulputate, commodo fringilla id dapibus